Aperçu avant impression Fermer

Affichage de 11374 résultats

Description archivistique
Avec objets numériques
Aperçu avant impression Affichage :

Vue générale du chantier de Lévis

Il s'agit d'une vue générale du chantier de Lévis probablement prise d'une fenêtre de la maison Homestead.

On peut voir neuf navires environ, les rails de chemins de fer menant au quai Paquet, ainsi que l'entrepôt de farine appartenannt à la compagnie Ogilvie.

[F]ort Laurentien

Le navire Roberval sur le plan de halage de Lévis

Il s'agit du navire Roberval reposant sur le plan de halage de Lévis.

Le Roberval (ON 104887) : ce navire est construit en 1895 sous le nom de Savoy à Montrose en Écosse par Montrose Shipbuilding & Engineering Co Ltd. Henri Menier, propriétaire de l’Île d’Anticosti, s’en porte acquéreur au coût de 130 000 francs et il est livré au Havre, France. D’une capacité de 340 tonnes, il est utilisé pour le transport de marchandises entre l'Île d'Anticosti et Québec. Enregistré dans une société anglaise du nom de Société industrielle et commerciale du Bas Saint-Laurent. Il effectue une dernière saison de navigation pour la famille Menier en 1925 qu'il a servi pendant trente ans et qui sera remplaçé en 1926 par le Fleurus. En 1930, il est enregistré au nom de DesMonts Shipping à Montréal. Vendu à la ferraille, il restera au quai de Rimouski pendant quelques années. Le 29 août 1942, il entre en collision avec le RICHELIEU de la compagnie Canada Steamship Line. Renfloué et remis à neuf par le chantier de Sorel en 1945, on lui installe un moteur diesel et il reprendra la mer sous le nom de Roberval.
Il a été loué par Newfoundland Canada Steamship vers la fin des années 1940 et par Clarke Steamship en 1953, 1954 et 1958.

En 1946, il était immatriculé à Québec, propriété de Savoy Shipping. En 1959, il portait de nouveau le nom Savoy et en 1964, celui de Régent. En 1970, on le renomme Saba (Saba Navigation, de Sillery), puis entre 1970 et 1975, SAVOIE, propriété de Hauterive Navigation Inc, de Sainte-Foy.

À la gauche de celui-ci, il est possible de voir le navire le Mont Notre-Dame.

Le MONT NOTRE-DAME (ON 170720), construit en 1938 à Saint-Joseph-de-la-Rive par Joseph-Zélada Desgagnés et ses trois fils pour eux-mêmes. Elle arrive à Québec le 23 mai 1938 et le chantier Davie Brothers se chargea de faire l’installation de son moteur propulsif. Cette goélette a été détruite par un incendie au musée maritime de Saint-Joseph-de-la-Rive le 24 avril 1998.

À droite du Roberval, on voit les entrepôts de farine appartenant aux compagnies Ogilvie et Regal, ainsi qu'une vieille voiture noire.

Vue générale du chantier de Lévis

Il s'agit d'une vue générale du chantier de Lévis pendant la seconde guerre mondiale. Il s'y trouve plusieurs navires en hivernage : à gauche (premier groupe), le St-Fidèle Trader construit en 1933 à St-Fidèle ; le Irma M. construit en 1937 à St-Louis-de-Lotbinière ; possiblement le remorqueur Dolphin construit en 1881 à Montréal et un petit navire de service non-identifié. À droite (deuxième groupe), le Maurice M. construit en 1940 à Sainte-Anne-des-Monts ; le Méchins construit en 1933 à Cap-Chat ; une petite goélette nonidentifiéeau cabinage particulier et le S.S. Saguenay Trader construit en 1921 à Chicoutimi.
Complètement à droite, l'entrepôt de farine appartenannt à la compagnie Robin Hood.

Le navire Fleurus amarré au quai

Il s'agit du navire passagers Fleurus amarré au quai. Il fut construit en 1926 au chantier Le Trait en France et devait porter le nom Vimy, mais Gaston Menier, le chocolatier belge propriétaire de l’île d’Anticosti, changea d'avis au dernier moment.

En 1926, il passe aux mains de Anticosti Shipping Company de Montréal qui l’opère jusqu’en 1956. Le 20 octobre 1953, la Davie Brother soumissionne pour refaire entièrement la timonerie au coût de 3 635 $. Le treuil de l'ancre fut réparé par la Davie Brothers Ltd vers le 22 octobre 1954, totalisant 1 185 $.

Ce navire de passagers remplaça le Savoy. Il faisait des croisières durant la saison estivale entre Montréal et les principaux ports du golfe Saint-Laurent. Il servait aussi au transport de passagers et de marchandises pour la papetière Consolidated Bathurst Ltd entre l'Île d'Anticosti et les ports de la côte-est, avec des voyages occasionnels à Goose Bay au Labrador. Il fut remplacé en 1956 par le Anticosti, mais acheté en Floride en 1963 par Al G. Kelley and Miller Brothers Circus pour en faire un cirque flottant. Il devait offrir des spectacles le long des côtes des provinces maritimes. Alors qu'il se préparait à quitter Yarmouth vers Shelburne, le feu se déclara à bord. Alourdi par l'eau accumulée dans ses cales, il coula au pied du quai. Renfloué, il fut remorqué au large et coulé en eaux profondes.

À gauche de la photographie, on voit les restes de la cale sèche flottante, le « bloc » et derrière, le Siméon (ex Rivière-du-Loup 1, ex Brandon) construit en 1902 à Wilmington, Delaware aux USA). À droite, il y a un caboteur en bois non-identifié.

Quelques hommes travailles sur le Fleurus et le caboteur non-identifié.

La goélette Comté Matane en réparation

Il s'agit de la goélette Comté Matane construite en 1940 à Matane et renommée Roden D. en 1957 et Monica L. en 1959.

Vers 21h45, le 29 novembre 1959, à 3 milles au large de Sept-Îles, elle entre en collision avec des glaces et défonce son bordé babord. L'équipage fut secouru par le North Voyageur (Clarke Steamship Co Ltd) qui se trouvait à proximité. Le Longboat toua la goélette jusqu'au quai où elle sombra le 30 novembre 1959 à 1h00. Elle fut renflouée, tirée à terre avec l'aide du Donpaco et de quelques tracteurs, réparée temporairement, à nouveau touée jusqu'à Clarke City où elle passa l'hiver et reprit le large le printemps suivant vers le chantier maritime Davie Brothers Ltd. de Lévis pour réparations finales, estimées à 21 500 $.

Elle fut louée de 1961 à 1964 pour la série télévisée ''Rue de l'Anse'', tournée à Les Méchins par Radio-Canada. Pour le temps du tournage, on lui donna le nom de La Gentille, alors sous le commandement du comédien Gilles Pelletier. Depuis 1976, elle terminait ses jours à Kamouraska. Elle fut démolie dans les années 1980.

En arrière-plan, on distingue le Château-Frontenac et à droite, l'entrepôt de farine appartenannt à la compagnie Ogilvie.

La goélette Tadoussac Transport reposant sur le plan de halage

Il s'agit de la goélette Tadoussac Transport reposant sur le plan de halage pour réparation. Elle fut construite en 1938 à Tadoussac par Armand et Joseph Imbeau pour Joseph E. Truchon, de Saint-Fidèle qui en resta propriétaire jusqu’en 1950. Elle se distinguait des autres goélettes par le fait que la cuisine était située dans le gaillard avant.

Elle entra en collision avec le patrouilleur H.M.C.S. Madawaska à un mille en aval du quai de Saint-Jean à l'Île d’Orléans, le jeudi 29 mai 1941. Son dernier propriétaire connu fut Charles J. Truchon (1951-1962), également de Saint-Fidèle.

Devant le navire, un homme prend la pose. À droite en arrière-plan, l'entrepôt de farine appartenant à la compagnie Purity.

Le Helen M. II accosté au quai

Il s'agit de la goélette Helen M. II (ex. Apockmaouchea) acoostée au quai Paquet et vue de dos. Elle fut construite en 1929 à Noank, Connecticut aux USA. Elle est la propriété de « Les Pétroles Inc. » de Québec.

Vue générale du chantier de Lévis

Il s'agit d'une vue générale du chantier de Lévis et de plusieurs navires dont le Métis et le traversier Siméon.

En arrière-plan, on voit Québec avec le Château Frontenac et à droite les entrepôts de farine appartenant aux compagnies Ogilvie et P.E. Bégin.

Le Rimouski reposant sur les plans horizontaux du plan de halage de Lévis

Il s'agit du navire passager Rimouski construit au chantier Marine Industries Limited de Sorel au coût de 216 000.00$ et qui fait son entrée au service de La Compagnie de Transport du Bas Saint-Laurent Limitée en 1939. Le navire de 118 pieds hors tout, 115.4 pieds de longueur enregistrée, 28 pieds de largeur et de 348 tonneaux est muni d’un moteur diesel deux temps de marque Dominion Sulzer de cinq cylindres de 9 13/16 pouces de diamètre et d’une course de 13 pouces développant une puissance au frein de 330 chevaux, donnant ainsi au navire une vitesse de neuf nœuds et demi. Sa coque est renforcée pour la navigation dans les glaces et son port en lourd est de 110 tonnes. L’équipage se compose de 20 personnes. De plus, le navire peut transporter 120 passagers dont 10 en première classe logés en cabines doubles. Il relie Rimouski à Forestville et Ragueneau, service qu’il inaugure au mois d’août 1939.

En 1961, en association avec monsieur Léo Thibault de Matane, le capitaine Henri Piuze acheta le Rimouski et le revendit huit jours plus tard à des intérêts américains qui le transformèrent en navire de croisière sur la côte de la Floride. On le retrouvera toujours en 1961 aux mains de Pomeroy Shipping Co Ltd de Nassau, aux Bahamas, sous le nom de Bahama Venture, puis en 1965, appartenant à General Dynamics Corporation, Electric Boat Division, Groton, Connecticut, USA, renommé Sea Surveyor et utilisé comme navire océanographique. Il était immatriculé à Groton au USA. Il a coulé le 1er juillet 1969 dans l’Atlantique, à 275 milles nautiques au sud-est de New York. L’équipage a été rescapé par un navire de passage et débarqué en France.

Derrière le Rimouski, on aperçoit le Siméon (ex Rivière-du-Loup I) amarré au « bloc ». À droite, le Canatco (ex Canadian Gunner), construit en 1933 à Collingwood en Ontario, une goélette non identifiée et le Sea Duck. À gauche, on voit goélette non-identifiée.

En avant-plan, on voit un homme et au fond à droit, l'entrepôt de farine appartenant à la compagnie de farine Ogilvie.

Le Rimouski reposant sur les plans horizontaux du plan de halage de Lévis

Il s'agit du navire passager Rimouski construit au chantier Marine Industries Limited de Sorel au coût de 216 000.00$ et qui fait son entrée au service de La Compagnie de Transport du Bas Saint-Laurent Limitée en 1939. Le navire de 118 pieds hors tout, 115.4 pieds de longueur enregistrée, 28 pieds de largeur et de 348 tonneaux est muni d’un moteur diesel deux temps de marque Dominion Sulzer de cinq cylindres de 9 13/16 pouces de diamètre et d’une course de 13 pouces développant une puissance au frein de 330 chevaux, donnant ainsi au navire une vitesse de neuf nœuds et demi. Sa coque est renforcée pour la navigation dans les glaces et son port en lourd est de 110 tonnes. L’équipage se compose de 20 personnes. De plus, le navire peut transporter 120 passagers dont 10 en première classe logés en cabines doubles. Il relie Rimouski à Forestville et Ragueneau, service qu’il inaugure au mois d’août 1939.

En 1961, en association avec monsieur Léo Thibault de Matane, le capitaine Henri Piuze acheta le Rimouski et le revendit huit jours plus tard à des intérêts américains qui le transformèrent en navire de croisière sur la côte de la Floride. On le retrouvera toujours en 1961 aux mains de Pomeroy Shipping Co Ltd de Nassau, aux Bahamas, sous le nom de Bahama Venture, puis en 1965, appartenant à General Dynamics Corporation, Electric Boat Division, Groton, Connecticut, USA, renommé Sea Surveyor et utilisé comme navire océanographique. Il était immatriculé à Groton au USA. Il a coulé le 1er juillet 1969 dans l’Atlantique, à 275 milles nautiques au sud-est de New York. L’équipage a été rescapé par un navire de passage et débarqué en France.

Derrière le Rimouski, on aperçoit le Siméon (ex Rivière-du-Loup I) amarré au « bloc ». À droite, le Canatco (ex Canadian Gunner), construit en 1933 à Collingwood en Ontario, une goélette non identifiée et le Sea Duck. À gauche, on voit goélette non-identifiée.

En avant-plan, on voit un jeune homme et au fond à droit, l'entrepôt de farine appartenant à la compagnie Ogilvie.

Résultats 21 à 30 sur 11374