Affichage de 157 résultats

Description archivistique
Secteur des archives privées de la Ville de Lévis Fonds Famille Davie Avec objets numériques
Aperçu avant impression Affichage :

Rencontre militaire au Parc de la Paix

Il s'agit d'une rencontre militaire qui a eu lieu au Parc de la Paix à Lévis. Le Parc de la Paix se situe entre les rues Mémorial, Champagnat et Mgr Bourget, non loin du Fort numéro 1.

On voit une multitude de tentes blanches et de gens.

Rencontre à la cabane à sucre

Il s'agit de deux hommes et trois femmes prenant une bouchée de tire à la cabane à sucre.

Ils sont vêtus principalement de noirs. Les femmes sont en robes avec un manteau et coiffées d'un chapeau (dont un à plumes), tandis que les hommes portent manteau et casquette pour l'un et complet et chapeau melon pour l'autre. Ce dernier possède une montre de poche.

On voit également des érables dont un entaillé.
La scène se passe au printemps.

Deux navires reposant en cale flottante et sur le plan de halage (le Rhoda)

La photographie illustre deux navires au printemps : celui de gauche, le patrouilleur la Canadienne, a pris place dans la cale flottante submergée, tandis que celui de droite est le navire à aubes en bois le Rhoda construit par F. Lemieux à Notre-Dame-de-Lévis en 1874 est installé sur le plan de halage.

La Canadienne a été construit en 1880 par Robert Duncan & Co (contrat no 153) à Port Glasgow en Écosse pour Robert Thompson de Glasgow qui le nomme Foxhound. Ses dimensions au registre sont alors : 154.0 x 23.0 x 11.0 pieds et il affiche une jauge brute de 372 tonneaux. Propriété du gouvernement fédéral de 1881 à 1919, il subit en 1907 d’importantes modifications, principalement à ses superstructures. Vendu en 1919 à Atlantic Towing Company, puis à Halifax Dredging Co en 1923, il est finalement démoli en 1937.

Le Rhoda mesure, en pieds, 132,0 de long, par 23,0 de large, par 10,0 de creux et a une jauge brute / nette de 182 (310 tonneaux lorsque reconstruit en 1913) / 167 tonneaux. Il possède un moteur à vapeur, un cylindre, 32 x 120 pouces.

Il fut la propriété de O. & F. Bégin, de Lévis de 1874 à 1877, de A. Lagacé, de Ste-Croix en 1895, de J.H. Dorion, de Château-Richer de 1904 à 1907, de King Edward Park Co, de Montréal en 1912 et de J.S. Paul, de Montréal en 1914.

D’abord utilisé comme remorqueur, puis traversier, on le connaît surtout pour son service de transfert de courrier des océaniques au quai de Rimouski, service qu’il effectue sous le commandement du capitaine J.H. Dorion de 1897 jusqu’à son remplacement par le Lady Evelyn à Pointe-au-Père en 1907.

Le Rhoda a été détruit par le feu le 13 juin 1914 en face de Laprairie.

Le remorqueur Lord Stanley amarré au quai

Il s'agit du remorqueur à vapeur Lord Stanley amarré au quai.

Le remorqueur à vapeur Lord Stanley (ON 96049), construit par D. & W. Henderson Co, à Glasgow, Écosse, en 1889 pour les opérations de sauvetage de G.T. Davie. Le lancement eut lieu le 29 janvier 1889 et les travaux prirent fin le 4 avril suivant.

Dimensions au registre (pieds) : longueur : 140.0, largeur 24.1, creux : 11.3
Jauge brute : 276 tonneaux
Jauge nette : 114 tonneaux
Moteurs propulsifs (2) : 12 3/4-20-33 x 24 po., construits par D. & W. Henderson Co

Enregistré à Québec le 29-05-1889. A souvent été loué par Holliday Brothers pour aller chercher des chargements de poisson dans les villages de la Basse Côte-Nord. Vendu au Ministère de la marine et des pêcheries en 1901. Enregistré à Ottawa le 25-11-1901 et rebaptisé Bayfield en 1903. Transféré au service naval (Marine royale) en 1911, puis retourné au Ministère de la marine et des pêcheries en 1923. Revient aux mains de G.T. Davie en 1935. Vendu en 1938 à Marine Industries de Sorel et inactif. Vendu en 1945 à La Compagnie de Navigation J. de V. Limitée de Lotbinière. Reconstruit à Montréal en 1945 et transformé en caboteur. Sa jauge brute passe alors à 349 tonneaux.

Il fit naufrage à Cape Pine, sur les côtes de Terre-Neuve, le 9 septembre 1949.

On aperçoit sur le quai les bouilloires écossaises transportées par la goélette de sauvetage G.T.D. amarrée derrière le quai.

Le navire Aggi en cours de réparation dans la cale sèche Lorne

Il s'agit du navire Aggi dans la cale sèche Lorne pour des réparations. On voit plusieurs travailleurs repeindre et réparer le navire. À droite se trouve une partie de l'atelier de ferblanterie. On remarque également la figure de proue à l'avant.

Au cours de sa vie, le Aggi a changé de propriétaire et ce dernier a modifié la cheminée.

À gauche se trouve la salle des machines qui servait entre autres au maître de cale pour activer la cale sèche.

Parti de Sunderland en Angleterre, le vapeur norvégien de 2129 tonneaux Aggi, construit à Newcastle en 1891 par Edwards Shipbuilding Co fait route vers Montréal. Le navire de 333 pieds enregistré à Bergen, propriété de C. Michelsen & Co, navigue sous contrat pour la compagnie anglaise Thomson Line qui a loué le cargo pour la saison.

Le 12 mai 1901, arrivé à la hauteur de Matane, le Aggi heurte un haut-fond. Il réussit néanmoins à se sortir lui-même de sa fâcheuse position, mais non sans dommages : la cale avant fait eau. La cloison avant résiste à la pression et le navire reprend sa route vers l’ouest. Un pilote embarque à Pointe-au-Père, mais considérant la situation plutôt délicate, il juge plus prudent d’échouer volontairement le navire sur une grève plus sûre entre Rimouski et la station de pilotage.

Henry Frye & Co, agent de la compagnie Thomson Line à Québec, contacte le chantier Geo. T. Davie and Sons et le remorqueur Lord Stanley assisté du G.T.D. se mettent aussitôt en route vers le bas du fleuve avec tout l’équipement de sauvetage requis. Arrivés sur place, les hommes de Davie installent deux puissantes pompes dans la cale inondée et le 14 mai vers 19 :30 heures, le groupe fait route vers Québec par un fort vent d’ouest et arrive le lendemain après-midi. Le Aggi, fortement enfoncé sur l’avant jette l’ancre et une pompe restée à bord assure le maintien du navire à flot, déversant un flot continu d’eau par-dessus bord. La situation étant jugée sous contrôle, le Aggi quitte dans la soirée à destination de Montréal afin de décharger sa cargaison comme prévu. Le Lord Stanley demeure toutefois à ses côtés pour la durée du voyage.

Le navire endommagé est de retour le 24 mai dans l’après-midi. La cale sèche Lorne n’étant pas prête à le recevoir, le Aggi est volontairement échoué sur la grève près du chantier de Lauzon : on envisage même d’y d’effectuer les réparations temporaires qui pourraient lui permettre de se rendre vers un autre chantier maritime. Cette solution n’est toutefois pas retenue. Remis à flot, le Aggi entre dans la cale de Lauzon le 31 mai 1901.

Les travaux de réparation prennent fin le 20 juin 1901 et le vapeur Aggi quitte la cale vers 19 :30 heures pour reprendre son service sous le commandement du capitaine Hattebury.

La goélette de sauvetage G.T.D. entrain de brûler

Il s'agit de la goélette de sauvetage G.T.D. (première du nom) entrain de brûler après s'être lancée au secours du Bavarian.

Le 3 novembre 1905, le vapeur Bavarian de la compagnie Allan Line s’échoue sur le rocher Wye, un massif rocheux d’environ 1200 pieds de longueur situé à environ un demi mille au sud du chenal de navigation. L‘accident s’est produit alors que le pilote, surpris par une tempête de neige à l’approche de Grosse-Île, décida de jeter l’ancre pour la nuit. Cette erreur de navigation lui vaudra une suspension de 18 mois sans salaire.

Le Lord Strathcona et la goélette de sauvetage G.T.D. se précipitent sur les lieux du naufrage et amorcent les opérations de sauvetage. Le feu se déclare alors sur la goélette. L’équipage l’abandonne et elle s’échoue sur la grève près de Montmagny où le feu la détruira complètement. Construite à Lévis en 1883, sa carrière aura donc été d'une durée de 22 ans.

Le lendemain, le navire du gouvernement Druid se rend sur les lieux avec une équipe d’employés de Allan Line et ramène les passagers. Renfloué le 19 novembre suivant, le navire est ramené à Lauzon par le Lord Strathcona, accompagné du remorqueur William Hackett (anciennement Adriatic) et du traversier brise-glace Champlain.

Le brise-glace Champlain en carte postale

Il s'agit du navire brise-glace et passagers en acier Champlain appartenant au Ministère de la Marine et des Pêcheries d'Ottawa. Il fut construit en 1904 par Fleming & Ferguson, à Paisley en Écosse. Il avait des dimensions enregistrées (en pieds) de 132,0 de long, par 30,0 de large, par 11,0 de creux et une jauge brute de 522 tonneaux. Il possédait également un moteur triple détente (21 ½, 47 x 25) de 1850 IHP (850 CV) construit par Fleming & Ferguson, actionnant une hélice. Il pouvait aller à une vitesse de 13 nœuds

Initialement, il était affecté au transport de passagers et marchandises pendant l’hiver entre Rivière-Ouelle, Cap-à-l’Aigle, Saint-Irénée et La Malbaie. En mars 1905, il est le premier navire en acier à transporter les pilotes de la station de Pointe-au-Père. Il était utilisé comme brise-glace de concert avec le Montcalm sur le fleuve St-Laurent, plus particulièrement à l’embouchure des rivières et dans les petits ports. Il fut certifié pour le transport de 120 passagers en 1914. Il fut transformé en remorqueur en 1928, enregistré à Terre-Neuve en 1942 et s'est finalement perdu au large de Terre-Neuve le 6 janvier 1943.

Ses propriétaires furent le Dominion Government of Canada de 1904 à 1920, le Gulf of St Lawrence Shipping & Trading Co, Montreal QC de 1920 à 1928, le Dominion Towing & Salvage Co Ltd, Port Arthur de 1928 à 1929, le Sincennes-McNaughton Ltd, Montreal QC, de 1929 à 1938 et enfin l'United Towing & Salvage Co, Fort William, ON de 1938 à 1942.

La photographie imprimée du navire est ronde sur la carte postale

Résultats 51 à 60 sur 157